Contact WAO | e-News Sign Up | Site Map | Home  
World Allergy Organization
WAO's mission: To be a global resource and advocate in the field of allergy, advancing excellence in clinical care through education, research and training as a world-wide alliance of allergy and clinical immunology societies.


Examen de journaux médicaux

Posté: Mai 2010

Revu par Juan Carlos Ivancevich, MD, en collaboration avec Phil Lieberman, MD.

1. Besoins d'adrénaline chez les enfants avec l'anaphylaxie liées à l'alimentation.
Pour déterminer la fréquence des enfants qui nécessitent > 1 dose d'adrénaline pour traiter l'anaphylaxie liées à l'alimentation, les auteurs ont effectué un examen des dossiers médicaux de tous les enfants se présentant au service d'urgence (UE) des ôpitaux pour problèmes reliés aux réactions allergiques alimentaires aigës entre le 1er janvier 2001 et le 31 mars 2006. L'enquête se concentra sur les aliments causal, les présentations cliniques et traitements d'urgence. Les 605 cas revus (âge médian de 5,8 ans) ont représenté une cohorte d'étude de 1,255 patients (62 % males). Une variété d'aliments a suscité les réactions allergiques, y compris les arachides (23 %), les noix (18 %) et le lait (15 %). Environ la moitié des enfants a rencontré les critères diagnostiques d'anaphylaxie liée à l'alimentation. Parmi ceux avec l'anaphylaxie, 31 % ont reçu 1 dose et 3 % ont reçu > 1 dose d'adrénaline avant leur arrivée à l'UE. Dans l'UE, les patients atteints d'anaphylaxie ont reçu des antihistaminiques (59 %), des corticostéroïdes (57 %) et de l'adrénaline (20 %). Au cours de leur réaction, 44 % des patients avec anaphylaxie liées à l'alimentation, ont reçu de l'adrénaline et parmi ce sous-ensemble des patients, 12 % (95 % CI: 9-14) ont reçu > 1 dose. Chez les enfants avec l'anaphylaxie liées à l'alimentation, ayant reçu l'adrénaline, 12 % ont reçu une deuxième dose.
Commentaire de l'éditeur : les enfants à risque d'anaphylaxie liée à l'alimentation devraient transporter deux doses d'adrénaline.

Rudders SA, Banerj Ai, Core B et al., Multicenter Study of Repeat Epinephrine Treatments for Food-Related Anaphylaxis. Pediatrics 2010; 125(4): e711-e7a8
Texte intégral

2. Les infections respiratoires au Chlamydia sont associées à la pathogenèse de l'asthme neutrophilique.
Les effets de l'infection au chlamydia sur le développement de l'asthme ont été étudiés à l'aide d'un modèle de souris BALB/c de maladies allergique des voies aériennes (AAD) induites par OVA. Les effets des infections actuelles et résolues a Chlamydia muridarum au cours de sensibilisation par OVA ont été évalués et comparés avec les contrôles sains et non sensibilisés. Pendant l'infection actuelle, mais pas quand l'infection est résolue, on y trouve déjà les caractéristiques atténuées de la marque distinctive de AAD : afflux de Granulocytes pulmonaires; hyperplasie des cellules T de production de IL-5, de mucus-sécrétoire et de l'hyperréactivité bronchique(AHR). L'infection actuelle induit également une robuste inflammation neutrophilique pilotée par les OVA et les Interférons γ des cellules T. Le phénotype des réponses de Th2 supprimées mais persistantes en association avec neutrophilie est semblable a l'asthme neutrophilique. Ce phénotype a été également caractérisé par l'expression accrue d'IL-12 et IL-17 pulmonaire et l'activation de l'APC, ainsi que par la diminution de chemokines du thymus et secondaire a l''activation. L'inhibition de l'afflux neutrophilique pulmonaire pendant l'infection a bloqué l'inflammation neutrophilique induite par OVA par la production d'Interféron-γ de cellules T et renverse les effets de suppression de l'hyperplasie des cellules de mucus-sécrétoire et l'AHR dans l'AAD. Ainsi, l'infection respiratoire active au Chlamydia au cours de sensibilisation augmente l'inflammation neutrophilique subséquente et la réponse Th1/Th17 pendant l'exposition de l'allergène.
Commentaire de l'éditeur : Une infection respiratoire active a Chlamydia au cours de sensibilisation peut-être avoir un ôle dans la pathogenèse de l'asthme neutrophilique.

Horvat JC, Starkey MR, Kim RY et al., Chlamydial Respiratory Infection during Allergen Sensitization Drives Neutrophilic Allergic Airways Disease. Journal of Immunology 2010; 184(8): 4159-4169.
Résumé

3. DRACMA : Diagnostic et justification pour la lutte contre l'allergie au lait de vache.
En 2008, le comité spécial sur les allergies alimentaires du World Allergy Organisation( WAO) a identifié l'allergie de lait de vache (CMA) comme une zone dont le besoin d'une approche basée sur le raisonnement informé par le consensus atteint par le biais d'un examen expert des preuves cliniques disponibles, pour faire incursion sur un problème de santé lourd à l'échelle mondiale. C'est dans ce contexte que le document précité WAO DRACMA a été prévu pour fournir aux médecins de partout un outil de gestion et lignes directrices pour traiter CMA. Ciblés pour leur expertise, les réviseurs et le panel de DRACMA, ont été des allergistes, pédiatres (allergistes et généralistes), dermatologues, épidémiologistes, methodologistes, diététistes, chimistes alimentaires et représentants d'organisations de patients allergiques.
Commentaire de l'éditeur : par suite de la coopération internationale sous l'égide de la WAO surgit ce précieux document, un livre sentinelle sur les allergies au lait publié au journal précité de WAO.

Fiocchi A, Brozek J, Schünemann H et al. World Allergy Organization (WAO) Diagnosis and Rationale for Action against Cow's Milk Allergy (DRACMA) Guidelines. World Allergy Organization Journal 2010; 3(4); 57-161.
Section 1. Introduction